Source: Photo Budokai Mandeure

 

 

 

 




Le Dojo, lieu d'étude et de pratique

Le Dojo - ses origines
Le terme dojo est un mot d'origine japonaise .Il désigne par le caractère " jo en japonais ou chang en chinois " le lieu et par le caractère " do en japonais ou dao, tao en chinois &qAuot; la voie .Donc par définition le lieu ou l'on étudie la voie .
Nous pouvons résumer en disant que l'endroit ou s'élève et se contruit cette voie s'appelle le dojo .
Pour les boudhistes ,particulièrement dans la doctrine du Zen ou du Chan, qui utilisent également ce terme : dojo se traduit également par , le lieu d'édification , un lieu sacré de construction de la voie ou le lieu de l'éveil .
Kongzi ( Confucius ) dans le livre des rites , précise : on réalise ( se construit ) la voie moitié par l'étude , moitié par l'enseignement .Dans cette dernière hypothèse classique , on retrouve alors le fameux caractère manquant , l'étude mais également un autre , l'enseignement.Sans risquer alors de contresens , on peut affirmer que , traditionnellement, le dojo est "le lieu ou l'on séveille progressivement par l'étude et par l'enseignement " .
Le fait qu'il y ait ou non des tapis verts, jaunes ou encore oranges n'y change rien .


Le Dojo, lieu consacré à l'étude et la pratique des arts martiaux.
Lorsqu'on rentre dans un dojo il est convient de respecter certaines règles.
 
Le Dojo, c'est avant tout le lieu d'édification de la voie
Le véritable Dojo est tout autre chose .Il représente un espace énergétique exceptionnel ou se cotoyent non plus un enseignant et des pratiquants mais un maître et des élèves .C'est un lieu ou l'on respect les valeurs morales du karaté do, la tradition de l'art martial originel tel qu'il était pratiquer à Okinawa ou encore au japon .

Pratiquer autrement dans ce lieu est un manque de respect total envers les anciens , les grands maîtres des arts martiaux .

Le Dojo, un peu d'histoire
Le dojo au Japon comme en Chine était construit en bois , source de vie .Ce symbolisme de l'arbre délimitant un lieu de pratique fut repris par Maître Funakoshi Gichin (1869-1957) lorsqu'il créa son premier dojo , le shotokan , qui donna le nom à sa première école de karaté do.

Par essence , le dojo demeure avant tout d'origine japonaise et se faisant les règles le concernant furent A fixées par l'empereur Kammu ( 736-805) pendant lère Heïan , en 794, lors de l'édification du Butokuden ou "salle de la vertu chevaleresque " , dojo situé dans le parc du palais impérial de Heïan Jingu à Kyoto .
Ces règles désormais plus que millénaires , se sont transmises de génération en génération , et ceci sans trop d'altérations jusqu'à nos jours .

Il était par ailleurs trés rare que le dojo fût chauffé et bon nombre d'élèves se souviennent que leur respiration se changeait en glace au petit matin lorsque la chaleur de la pratique de la journée disparaissait .Fendre du bois et souffler pour allumer le feu sous un immense chaudron situé à l'extérieur était donc le premier entraînement matinal .

La pratique du Karaté dans un dojo d'Okinawa.

L'entretien du DOJO
Il faisait parti à part entière de la pratique des Anciens comme des nouveaux .Cet entretien est le fait des anciens , qui veillent à ce que les jeunes maintiennent le dojo dans un état de propreté indispensable à la pratique de la voie .Jadis c'était un honneur en tant que pratiquant de nettoyer le dojo et il n'était pas rare de voir des anciens et des ceintures noires passer le balai sur le tatami ou la serpillière sur le parquet .Cela faisait partie de l'enseignement du Zen .Cette propreté à la japonaise était la caractéristique la plus évidente du Dojo.Celui ci pouvait être modeste , voire franchement vestuste il n'en était pas moins briqué comme un sou neuf .De nos jours , les photos des maîtres sont souvent recouvertes d'une telle couche de poussière qu'on se croirait dans une brocante .Il ne faut donc pas s'étonait des risques de verrues plantaires et de mycoses .Lorsque le photos étaient poussiéreuses , le tatami était forcément suspect .Ce qui jadis était un honneur , aujourd'hui est devenu une contrainte .

Pratiquer autrement dans un dojo traditionnel est une faute d'éducation .A vrai dire les Japonais ne le feront pas remarquer ou trés rarement car ils considèrent les étrangers comme de grossiers barbares qu'il est difficile d'éduquer à ces subtilités.

Dojo - salle de sports ou salle de spectacles
Aujourd'hui,dans la pratique des arts martiaux japonais comme le Judo, l'Aïkido ou le Karaté ,le terme dojo est employé sans se poser la moindre question .

Il ne désigne ni plus ni moins qu'un club avec quelques tatamis . Ce club chauffé , avec des tatamis moelleux agréés et quelques photos poussiéreuses de grands maîtres dont personne ne connait le nom , devient par miracle un "véritable Dojo" ou se cotoyent sans aucune gène , le pratiquant comme le spectateur .Dojo ou salle de spectacles ..? à vous de choisir votre voie .

De nos jours
Les pratiquants deviennent de simples clients peu regardant sur l'enseignement, du moment ou c'est un "art martial "japonais , comme de l'enseignant ,pouvu qu'il ai un kimono blanc avec une belle ceinture noire comportant plusieurs "Dan" et s'exprimant avec quelques termes A japonais qu'il aura appris pendant sa formation .

Les pratiquants de ces" salles de sports" sont souvent nombreux ,l'ambiance y est joyeuse et l'enseignement chaleureux .Mais comment pratiquer proprement un art martial dans un endroit ou plus rien n'est respecté .Que restera t'il de l'enseignement aprés quelques années ?Le pratiquant sera t'il capable aprés ces années d'expliquer à nouveau toute cette culture et philosophie des arts martiaux ..?

Les véritables Dojos ou l'on enseigne la voie ont tendance à disparaître au profit des salles de sports ou les règles basiques comme le respect , la discipline ou encore la tolérance , ne s'appliquent plus .
Le pratiquant qui ne respecte pas le dojo ,ne respecte pas non plus ces grands maîtres comme Mabuni , Funakoshi .Ce karatéka restera toujours un petit karatéka qui pratiquera un petit karaté ..

Le Dojo , quelques règles et traditions
Lorsqu'on pénètre dans un Dojo il convient avant tout de respeActer ces règles, certaines vont du bon sens et d'autres font parties de la tradition des arts martiaux .

Tout art martial qui se respecte comme le karaté commence et se termine toujours par une cérémonie incluant des saluts et des moments de silence .Vous comprendrez qu'il est donc essentiel d'être à l'heure afin de ne pas perturber le cours.Si on est en retard on attendra à coté du tatami que l'on nous donne l'ordre de monter .
On pratiquera le karaté toujours avec un kimono et non en tenue de sports .Celui ci devra être blanc,propre et en bon état à chaque cours.On veillera à porter correctement sa ceinture .
Il est évident qu'il est nécessaire de se laver correctement les mains et les pieds avant de monter sur le tatami .Il y va de la propreté et de l'hygienne de dojo .
On se rangera pendant le salut à la bonne place en fonction de notre grade .
Le pratiquant prendra soing d'oter tous ces bijoux , bagues , collier , boucles d'oreilles ..etc avant de monter sur le tatami .
De même il est sera interdit de manger , boire, fumer , ou encore écouter de la musique lorsqu'on monte sur le tatami.
Il y va de même lorsqu'on est spectateur cela tient du respect .
Lorsqu'on rentre dans le dojo on saluera en direction du shomen , ensuite on saluera toujours en montant et descendant du tatami .
Pendant la cérémonie du salut on prendra soing de s'asseoir et de se lever correctement .
Le silence sera de rigueur pendant tout le cours , que ce soit pendant le salut ou pendant les exercices .
Pendant le cours on aura toujours une attitude correcte .On évitera de discuter inutilement .On ne se couchera jamais sur le tatami sauf à la demande du professeur.Pendant les explications on restera soit debout soit en seiza ( position du salut ).On ne restera jamais appuyer contre un mur ou assis sur un banc .
A chaque début et fin d'excercice on saluera toujours son partenaire .
On ne restera jamais sur un tatami sans rien faire les bras croisés , si c'est le cas on se mettra toujours en seiza en attendant les consignes du professeur .
On appelera jamais le professeur en l'écriant .On s'avancera toujours vers lui en le saluant et en attendant qu'il veuille bien être disponible .